Intelligence Economique et politique : mémoire de Bachelor de Kilian Cuche

Cette étude, réalisée dans le cadre du Bachelor en Information Documentaire de la Haute École de Gestion de Genève, a pour objectif de déterminer les pratiques actuelles et les besoins futurs en Intelligence économique (IE) dans les cinq plus grands partis politiques suisses.

Pour mener à bien cette étude, une introduction théorique a été réalisée afin de cerner le sujet et présenter les différentes notions abordées lors de l’enquête. Plus particulièrement l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le domaine de la communication d’influence, des relations publiques et du marketing politique ainsi que leurs liens avec les pratiques d’IE.

Afin de récolter les données, un questionnaire a été envoyé aux parlementaires et secrétariats fédéraux et cantonaux des cinq plus grands partis politiques suisses, à savoir l’UDC, le PS, le PLR, le PDC et Les Verts. De plus, des interviews ont également été menées avec certains politiciens et professionnels afin d’enrichir et approfondir l’analyse.

Voici les résultats importants qui ressortent de cette enquête :

  • Les dangers apportés par les TIC dans les processus politiques ne sont pas compris dans leur globalité ;
  • L’IE est encore une thématique vague pour la classe politique suisse ;
  • Les pratiques en IE ne sont pas uniformes entre les partis politiques ;
  • En comparant les trois piliers de l’IE, on constate des manques de pratiques au niveau de la veille et de la protection des informations par rapport à l’influence ;
  • De manière générale, les prestations en IE ne suscitent pas un grand intérêt auprès de la classe politique suisse

Il reste donc encore un grand travail de sensibilisation à faire concernant l’usage des nouvelles technologies et leur impact sur les processus politiques. De plus, la valeur ajoutée de l’IE est encore trop méconnue de la classe politique. Il est donc nécessaire de continuer à promouvoir cette discipline sur tous les terrains, y compris en dehors de la sphère de l’entreprise.

Un état du marché des entreprises suisses proposant des services qui peuvent répondre aux besoins en IE des partis politiques a également été réalisé. Il se trouve que plus de 3000 entreprises présentes en Suisse sur le marché très large de l’IE (veille, protection, influence) ont été recensées dont 40 qui couvrent complètement le spectre de l’IE. La veille est le domaine de l’IE le moins représenté sur le marché.

Source et document complet : RERO DOC

Conférence sur l’Intelligence Economique du 30 octobre 2018 à la HEG

La veille et l’intelligence économique sont devenues stratégiques pour la prise de décision dans les PME, particulièrement pour l’industrie

Le but de l’intelligence économique est d’analyser les bonnes informations et les exploiter, pour permettre aux directeurs et patrons de PME de positionner leurs entreprises de la meilleure manière et d’éviter de dépenses inutiles. Dans un monde inondé par la désinformation, ces données précieuses peuvent aider à anticiper les changements réglementaires et politiques, mais aussi à suivre les bonnes pratiques dans un environnement compétitif et en perpétuelle évolution. Véritable enjeu pour les entreprises, l’intelligence économique était au centre de la conférence organisée hier par FOROM qui s’est tenue dans les locaux de la Haute Ecole de gestion de Genève (HEG).

« La veille et l’intelligence économique sont devenues stratégiques pour la prise de décision dans les entreprises, particulièrement pour l’industrie, commente Frédéric Dreyer, directeur de l’Office de Promotion des Industries et des Technologies (OPI). L’intelligence économique signifie de comprendre l’impact des évolutions technologiques, suivre de près les tendances du secteur propre à son industrie et mieux connaître ses concurrents et clients. »

Event Intelligence Economique

La plateforme  de veille WebSO+

Pourtant, l’intelligence économique peine à trouver sa place au sein des PME. En effet, une information difficile d’accès, de bonne qualité et légale nécessite généralement de l’expertise, du temps et des ressources que les PME n’ont pas toujours.

« Celles-ci doivent encore se former à l’intelligence économique et pouvoir utiliser des outils de veille stratégique adaptés et pas trop chers », confie Hélène Madinier. Professeure et responsable du DAS (Diploma of Advanced Studies) en intelligence économique et veille stratégique de la HEG de Genève, elle est aussi membre du comité romand de Swissintell. Cette association suisse en intelligence économique et veille stratégique milite pour promouvoir la profession et faire prendre conscience de l’importance de la professionnalisation de celle-ci, et donc de la nécessité de s’y former.

Hélène Madinier - Intelligence Economique

Dans cette optique, Hélène Madinier a coordonné un projet de développement d’une plateforme de veille, avec la collaboration de la haute école de Neuchâtel et de l’Université de Franche-Comté. Appelée WebSO+, cette plateforme de veille est destinée aux PME ou petites entités. Elle a pour objectif de mettre à disposition des entreprises un outil d’intelligence économique performant qui offre une veille (technologique, de marchés, concurrentielle, réglementaire, e-réputation) visant à renforcer la capacité des organisations à agir dans un contexte complexe.« Les entreprises n’ont pas forcément conscience d’avoir besoin de veille stratégique, constate-t-elle. Cela reste loin de leurs préoccupations. Pourtant, l’information est un domaine qui se gère, tout comme la comptabilité, par exemple. »

Swissintell - Intelligence Economique

Baume, un exemple de l’IE

En mai dernier, le groupe Richemont lançait une marque d’entrée de gamme, Baume, pour répondre à de nouvelles tendances de consommation. Avec cette nouvelle enseigne,  liée évidement à Baume & Mercier, le groupe de luxe a surpris. Baume se présente en effet comme une marque n’ayant recours qu’à des matériaux recyclés et des composants non animaux (un bracelet en PET plutôt qu’en cuir, par exemple). Sa présence exclusive sur internet et son segment de prix (500-1000 francs) montre qu’elle vise une clientèle jeune – les fameux millennials.

« Baume est née pour répondre à trois tendances fortes de consommation identifiées par le groupe, confie Marie Chassot, directrice de Baume. D’abord, des produits personnalisables (une petite dizaine de clics suffit pour concevoir sa montre sur le site de Baume). Ensuite, une consommation responsable, à laquelle la marque répond en mettant l’accent sur ses produits «respectueux de l’environnement et créés à partir de matériaux durables, recyclés et valorisés ». Enfin, le besoin d’un « outil numérique confortable», permettant un achat en ligne rapide. » Personnalisation, consommation responsable et présence en ligne. Avec Baume, Richemont a fait d’une pierre trois coups.

Source : AGEFI – OPI

L’intelligence économique, un outil précieux pour les industries manufacturières et de services – 30.10.18

« L’intelligence économique, un outil précieux pour les industries manufacturières et de services »

La veille et l’intelligence économique sont devenues stratégiques pour la prise de décision dans les entreprises, particulièrement pour l’industrie.

Comprendre l’impact des évolutions technologiques, suivre de près les tendances du secteur propre à son industrie et mieux connaître ses concurrents et clients. Le but de l’intelligence économique est d’analyser les bonnes informations et les exploiter, pour permettre aux patrons de positionner leurs entreprises de la meilleure manière et d’éviter de dépenses inutiles.

Dans un monde inondé par la désinformation, ces données précieuses peuvent vous aider à anticiper les changements réglementaires et politiques, mais aussi à suivre les bonnes pratiques dans un environnement compétitif et en perpétuelle évolution.

MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION

Cédric Borboën
Président Fondateur et directeur général de FOROM®

Frédéric Dreyer
Directeur OPI

Olivier Dominik
Modérateur

CONFÉRENCES ET TABLE RONDE

CONFÉRENCES

Marie-Emmanuelle Chassot
Head of Baume

Hélène Madinier
Responsable du Master intelligence économique & veille stratégique HEG
Membre du comité Romand de Swissintell

Pascal Hulalka
Ingénieur Télécom, eMBA Leadership & Management, CTO chez Protectas SA

TABLE RONDE

Jerome de Nomazi
Cognitive Solutions, IBM watson

Frédéric Dreyer
Directeur OPI

David Borel
Directeur Adjoint Centredoc

PROGRAMME

16h00
Accueil des participant-e-s & réseautage

17h00
Mot de bienvenue

Conférence
L’intelligence économique,
un outil précieux
pour les industries manufacturières
et de services

18h00
Table ronde – partage d’expériences

19h00
Apéritif & réseautage

21h00
Fin officielle

Avec l’unité d’intelligence économique de l’OPI