Cyber and Information Warfare in elections in Europe

Im Jahr 2017 haben viele europäische Staaten demokratische Wahlen durchlaufen. Nach der Einmischung Russlands in die Präsidentschaftswahl in den USA waren diese europäischen Staaten besorgt, ähnliche Aktionen während ihrer Wahlprozesse stattfinden zu sehen. Ziel des Berichts ist es, die Nutzung von Cyber-Aktivitäten bei Wahlen und die Art und Weise, wie sich die Staaten auf solche Aktivitäten vorbereiten, besser zu verstehen. Der Bericht analysiert die Gründe für das Fehlen ähnlicher Einmischungen in Europa wie bei den Präsidentschaftswahlen in den USA, die technologischen Massnahmen der Staaten zur Abfederung möglicher ausländischer Einmischung und die internationale Zusammenarbeit zwischen Staaten gegen ausländische Einflussnahme. Als Schlussfolgerung schlägt der Bericht Empfehlungen vor, um die Risiken ausländischer Einflussnahme bei demokratischen Wahlen zu mindern.
Source : CSS ETH

La Genève internationale est un aimant à espions

Depuis quelques semaines, les incidents diplomatiques entre la Suisse et la Russie se multiplient. Décryptage de la situation avec Alexandre Vautravers, expert en sécurité à l’Université de Genève

Alexandre Vautravers: Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Personne ne conteste le fait qu’il y a de nombreux «espions» en Suisse. La Genève internationale, ses ONG et l’ONU sont des aimants à agents, ce n’est pas une surprise. La diplomatie et le renseignement ne sont pas cloisonnés et imaginer une Suisse ou une Genève internationale dépourvue d’espions est illusoire. Il y a toutefois une distinction importante à faire: le problème n’est pas d’appartenir à un service de renseignement mais de pratiquer des activités d’espionnage illégales. Tous les gouvernements veulent avoir des contacts avec les services de renseignement étrangers. Si le renseignement russe enquête depuis la Suisse sur un réseau criminel originaire des pays de l’Est par exemple, cela n’est pas un problème en soi. Des collaborations régulières et intensives existent dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé ou la radicalisation, les trafics en tout genre, le blanchiment, voire les abus des droits humains.

Source : Le Temps

 

Job – Responsable (H/F) de la coordination Cyber au SRC 80-100%

En qualité de responsable de la coordination Cyber, vous coordonnez la production et la fourniture de prestations de renseignement dans votre domaine spécialisé.

VOS TÂCHES

  • Vous coordonnez l’ensemble de la production et de la fourniture de prestations de renseignement du SRC dans votre domaine spécialisé, conformément aux directives de la direction et en accord avec les services producteurs, controlling du traitement des mandats inclus.
  • Vous identifiez les mesures à prendre d’urgence dans votre domaine spécialisé et contrôlez les activités du SRC s’y rapportant, telles que les mesures immédiates et les mesures de prévention.
  • Vous effectuez le contrôle final d’assurance qualité pour les produits et prestations du SRC dans votre domaine spécialisé et assumez la responsabilité des produits.
  • Vous encadrez un groupe principal de bénéficiaires stratégiques de produits et prestations de renseignement et collectez les besoins et feedback quant aux prestations du SRC.
  • Vous représentez le SRC au niveau de la coordination à l’égard de tiers, en Suisse comme à l’étranger.

VOS COMPÉTENCES

  • Vous êtes titulaire d’un diplôme universitaire (au moins au niveau master) ou vous êtes un(e) officier/officière de police avec une formation ou un perfectionnement équivalents ou bien vous disposez d’une formation généralement comparable.
  • Vous possédez de solides connaissances du sujet et bénéficiez d’une expérience avérée dans le domaine Cyber.
  • Vous avez de très bonnes compétences gestionnelles et organisationnelles ainsi que sociales et communicatives vous rendant capable de diriger des task forces ou des groupes de travail avec des collaborateurs qui ne vous sont pas directement subordonnés.
  • Vous possédez des connaissances actives de deux langues officielles, des connaissances passives de la troisième langue officielle ainsi que de très bonnes connaissances de l’anglais.
  • De nationalité suisse, vous jouissez d’une réputation irréprochable.

Source : Confédération