Conférence sur l’intelligence artificielle du 27 septembre 2018 au GCSP

Plus de quarante de personnes se sont retrouvées le 27 septembre 2018 au Geneva Centre for Security Policy (GCSP) pour s’entretenir au sujet de l’intelligence artificielle (IA) et de ses impacts sur le renseignement et les professionnels de l’information.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

La soirée a été ouverte par Alain Mermoud, nouveau président de l’association. Il a présenté l’équipe qui l’épaule désormais pour permettre le développement de Swissintell. Christopher Cordey s’occupe des finances et des partenariats. Kilian Cuche est responsable pour la stratégie digitale. Les priorités de l’équipe sont l’augmentation du nombre de membres, le développement des partenariats et l’amélioration de la visibilité médiatique au sein des milieux économiques et politiques Cette brève introduction fut également l’occasion de présenter la nouvelle plateforme internet de l’association.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

La parole a par la suite été donnée au Colonel William Gargiullo, représentant le GCSP.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

Après cette entrée en matière, le Dr. Jean-Marc Rickli, responsable de la résilience et des risques globaux en sécurité internationale au GCSP et expert en technologies émergentes et en intelligence artificielle, est entré dans le vif du sujet.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

Son intervention s’est principalement attachée à l’influence de l’IA ainsi qu’aux phénomènes qu’elle provoque et auxquels nous devrons faire face.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

Alors qu’il y a quelques années une action significative devait impliquer une grande masse de personnes, il suffit maintenant d’une seule personne pour influencer un énorme réseau. L’IA pose aussi des questions éthiques en lien avec l’emploi des données personnelles. Elle dispose de toutes les données procurées par les utilisateurs d’objets technologiques. Quelques exemples de dérives ont été présentés. Reste à savoir quelles sont les possibilités pour les éviter.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

Pour les professionnels de l’information, l’IA offre également des opportunités, notamment dans le rétablissement de la vérité dans un contexte de généralisation des fake news, où les manipulations des images et des vidéos peuvent être exacerbées par l’IA. L’Intelligence Economique peut ainsi permettre, par le croisement et recoupement d’informations, de défaire certaines manipulations et d’établir des faits, afin de contribuer à la manifestation de la vérité.

Swissintell Event Artificial Intelligence GCSP

Bund unterstützt Unternehmen in der Schweiz beim Schutz vor Cyberrisiken

Bern, 27.08.2018 – Damit die Versorgung mit lebenswichtigen Gütern und Dienstleistungen in der Schweiz jederzeit sichergestellt ist, sind Informations- und Kommunikationsdienstleistungen zwingend nötig. Diese sind zunehmend durch Cyberrisiken bedroht. Zum Schutz dagegen hat das Bundesamt für wirtschaftliche Landesversorgung (BWL) einen IKT-Minimalstandard erarbeitet und diesen am 27. August 2018 vorgestellt.

Der IKT-Minimalstandard im Überblick

Der Standard gliedert sich in drei Teile:

1.    Grundlagen: Dieser Teil dient als Nachschlagewerk und vermittelt Informationen zur IKT-Resilienz.

2.    Framework: Es bietet den Anwendern, gegliedert nach den fünf Themenbereichen «Identifizieren», «Schützen», «Detektieren», «Reagieren» und «Wiederherstellen» ein Bündel konkreter Handlungsanweisungen.

3.    Bewertungstool: Mit diesem können Unternehmen den Grad ihrer IKT-Resilienz beurteilen, respektive auch durch externe Firmen prüfen lassen.

Source : IKT-Minimalstandard

Cybersécurité : le partage d’expériences pour augmenter la résilience

Interview : Kiersten Todt : je ne pense pas du tout que les Etats-Unis doivent donner des leçons en matière de cybersécurité à qui que ce soit, Suisse incluse. Nous avons eu des succès, mais aussi des échecs. Ce qui compte, c’est de partager nos expériences, particulièrement dans le secteur financier. Sur notre sol, la société Equifax vient de se faire pirater les données financières de plus de 140 millions d’Américains, et ce de manière extrêmement simple… Il n’est pas possible de créer une sécurité à 100%, mais on peut prévenir un maximum d’attaques et se montrer résilient.

Source : Le Temps