La sécurité des données scolaires en Suisse laisse à désirer

Problèmes de santé, notes, comportement, téléphones et adresses mail, les établissements scolaires stockent des données importantes sur les élèves. Mais leur niveau de protection et leur conservation diffèrent selon les cantons.

Au total, ce sont des milliers de données personnelles qui sont collectées. Mais le directeur du collège l’assure: tout est mis en oeuvre pour protéger et sécuriser ces informations grâce, notamment, aux mots de passe qui sont changés régulièrement.

Mais surprise. Lorsque l’équipe de la RTS a tenté de se connecter, son navigateur l’a mise en garde: le site n’est pas suffisamment sécurisé.

Mais de l’aveu même du préposé à la protection des données des cantons de Neuchâtel et du Jura, Christian Flückiger, il est impossible de tout contrôler: “Il y a 2000 enseignants dans le canton de Neuchâtel et 20’000 élèves. Donc tout ce que je peux faire, c’est donner les bonnes pratiques et intervenir si quelqu’un dénonce un traitement incorrect. Mais on n’est pas à l’abri que, parmi les centaines de milliers de données, toutes ne respectent pas la protection des données. Je ne me fais pas d’illusion.”

Pour éviter les dérives, ces données scolaires doivent être détruites dès la fin de la scolarité. Mais les règles varient d’un canton à l’autre: de 3 ans de conservation en Valais contre 100 ans à Genève.

Des délais excessifs pour Sylvain Métille, avocat spécialisé dans la protection des données: “Ça paraît difficilement justifiable, puisque les données doivent être conservées le temps de l’objectif. On peut admettre un petit délai, ensuite ça devrait être basculé dans les archives.

Source : RTS Info

Le rôle de l’école pour développer les compétences pour lutter contre les bulles de filtres et les fake news

En Suisse, 50% de la population fait un usage intense des offres en ligne et des médias sociaux dont la sélection des informations repose sur des traitements informatiques qui répondent au profil des utilisateurs. Les recherches thématiques (Google) et les recommandations à travers les réseaux sociaux prennent le pas sur la consultation des médias, particulièrement chez les jeunes (40% chez les 18-24 ans). Le filtrage automatique de l’accès aux informations par des algorithmes rétrécit l’univers informationnel des individus qui tendent à être enfermés dans une «bulle filtrante». Il en résulte une raréfaction de la variété des points de vue, des opinions et des goûts.

Alors, l’école publique porte-t-elle une part de responsabilité à ce constat très préoccupant? Certainement, car l’école n’a que récemment fait entrer l’éducation aux médias dans son plan d’étude, tant en Suisse romande (2011-2015) qu’en Suisse alémanique (Medien und Informatik, dès 2018), à l’exception notable du canton de Genève où tous les élèves bénéficient d’un tel cours obligatoire depuis cinquante ans (aujourd’hui Médias et images). Dans les écoles de Romandie, il est prévu que la formation aux Médias, à l’image et aux technologies de l’information et de la communication (MITIC) du nouveau plan d’étude soit dispensée dans toutes les classes et toutes les disciplines, tout au long de la scolarité.

Source : Le Temps

The Cyber Security Challenge 2018 – Geneva GCSP 1/2.10.18

Today, More than Ever, Cybersecurity is Everyone’s Responsibility.

Ensuring cybersecurity requires sustained attention to an evolving threat landscape. Having a certain level of “net hygiene” is critical both to safeguard your personal data and also to contribute to overall societal resilience. Given the fast-paced changes in cyberspace, there is a need to have a basic level of understanding not only of how cybersecurity works today but also how it will likely be structured in the future.

This course analyses current and forthcoming cyber challenges and examines the preventive and consequential management measures currently being taken by the international community to minimise the impact of cyber challenges.

WHO SHOULD ATTEND

This course is targeted to public, private, and non-governmental organisation staff aiming to extend their understanding of cybersecurity as well as related cyber trends.

Source : GCSP