Deux enjeux pour les données : sécurité & vie privée

Les données produites par nos smartphones, les entreprises et une myriade d’objets connectés ne cesseront d’augmenter, ce qui va créer des risques plus importants pour la sécurité. Les prévisions de Yan Borboën, associé chez PwC et responsable cybersécurité pour la Suisse romande.

Plusieurs sociétés helvétiques tentent de positionner la Suisse comme un coffre-fort numérique. Est-ce pertinent?

Absolument. Notre pays est très stable sur les plans politique et législatif. De plus, l’approvisionnement en électricité est garanti à 100%, ce qui n’est par exemple pas toujours le cas aux Etats-Unis, où il y a parfois des coupures. De plus, on verrait mal les autorités suisses accéder facilement à la requête d’un gouvernement étranger demandant à accéder à des données stockées ici.

Source : Le Temps

Nous avons perdu la bataille pour garder la maîtrise sur nos informations personnelles. L’enjeu, aujourd’hui, c’est de remporter celle visant à réglementer leur utilisation.

Si nous avons déjà perdu la bataille sur le front de la collecte des données, le combat pour l’encadrement de leur utilisation ne fait que commencer. Le temps presse, alors que les experts prédisent une croissance fulgurante des données ces prochaines années, représentant autant de risques pour notre sécurité.

Source : Le Temps

L’Intelligence Economique au menu de la stratégie sécuritaire du canton de Genève

Les conditions-cadres pour la sécurité et la prospérité de Genève, ainsi que de l’ensemble de sa population, sont garanties au quotidien. Le canton de Genève dispose des moyens, des infrastructures, de la formation et des personnels de haut niveau, interopérables, capables conjointement de maîtriser des incidents ou des événements ponctuels. Des conditions favorables permettent de faire face à des circonstances ou défis extraordinaires. Le canton de Genève collabore activement avec les communes, les autres cantons, la Confédération et ses partenaires français afin d’anticiper, de gérer et de résorber des crises ou des événements exceptionnels.

Objectif 3.2 : Développer une cellule de stratégie prospective et d’intelligence économique, ainsi qu’une culture et des compétences dans le domaine de la sécurité de l’information.

Dispositif d’intelligence stratégique et de prospective. Développé par la direction générale du développement économique, de la recherche et de l’innovation, un démonstrateur de ce dispositif et de ses applications a été présenté lors de l’événement GE=Ci2 , le 22 novembre 2017. Ce dispositif – en cours d’élaboration – se structure principalement autour de compétences en gestion et en analyse d’information. Il prend la forme d’une plateforme dont les fonctionnalités peuvent être adaptées selon les besoins. Ce dispositif se caractérise par son agilité, sa modernité et son évolutivité. Les principaux composants du cycle de l’information (veille, analyse, partage d’informations, évaluation) sont mis à contribution afin de fournir la bonne information à la bonne personne au moment opportun. Cette démarche s’accompagne de sessions d’intelligence collective et de développement de compétences en prospective et en sécurité de l’information.

Une année d’espionnage en Suisse, revue 2018 par Alexis Pfefferlé

Selon l’astrologie chinoise, 2018 était l’année du Chien de terre. Pour les autorités helvétiques, cette année fût surtout celle des espions économiques, adeptes ou non de l’astrologie chinoise.

[…]

Notons également que l’Université de Berne conduit actuellement une étude sur l’espionnage économique en Suisse, en collaboration avec le SRC. Le but de cette étude consiste en un relevé détaillé de la situation, une estimation des impacts financiers et autres dommages, ainsi qu’une évaluation de la qualité de la collaboration entre les entreprises et les autorités. La publication de l’étude est prévue pour fin 2019.

Espérons que les résultats de cette étude provoqueront un électrochoc sous la coupole afin que chaque étudiant et chaque chef d’entreprise, de la start-up à la multinationale, puisse bénéficier au minimum d’une présentation des enjeux et des risques dans le cadre de ce programme Prophylax qui gagne à être connu de tous.

Source et article complet : Le Temps